jeudi 23 novembre Vie municipaleENFANCE - JEUNESSEVie pratiqueLa communeDIVERS

 

 
Branderion > La commune > Découvrir Branderion > Un peu d'histoire

De la période romaine, il ne reste à Brandérion que la voie passant auprès du village qui reliait Vannes à Quimper. Cette voie contournait le bourg actuel par le nord.

Plus tard, au Vème siècle, les Bretons venues d’Outre-Manche ont occupé cette région où ils s’installeront définitivement. Après y avoir été dominante, leur langue a peu à peu cédé la place au français, mais reste encore, fort heureusement, parlée aujourd’hui dans la Commune.

C‘est en 1363 que l’on trouve la trace des liens qui unissaient Brandérion à l’Abbaye de la Joie à Hennebont.

En 1402, Brandérion devient Paroisse indépendante. Cette Paroisse englobe -encore de nos jours- certains villages de Languidic qui ne font pas partie de la Commune.

En 1790, Brandérion est érigée en commune indépendante. Après les remous liés à l’activisme de la chouannerie attachée à la Monarchie et très influente dans ce secteur, la Commune de Brandérion est séparée de l’arrondissement de Vannes pour être rattachée en 1800 à celui de Lorient.

Brandérion est actuellement l’une des quatre communes du Canton d’Hennebont.

En 1995, Brandérion adhère au District de Lorient, devenu depuis Communauté d’Agglomération du Pays de Lorient, « Cap l’Orient », ce qui lui permettra, notamment, d’accéder au réseau de transports en commun et de siéger au Bureau (M. le Maire) et au Conseil de communauté (M. le Maire et M. le 1er Adjoint).

Elle obtiendra lors de cette adhésion la construction du Musée vivant de la « Tisserie » qui perpétue les gestes ancestraux du tissage et mérite la visite.

Aujourd’hui, avec près de 200 000 habitants pour 19 communes adhérentes, Cap l’Orient représente à peu près, en termes démographiques, le tiers de la population du Département du Morbihan.

 

 
 Ok
Recherche avancée


Aide aux démarches